| or Call: 250.744.4357

Tweet Me!

Elisabeth (1992)

Compositeur: Sylvester Levay •

Parolier: Michael Kunze •

Librettiste: Michael Kunze •

Elisabeth relate la vie de l'Impératrice Elisabeth d'Autriche (1837 - 1898) dont l'histoire débute comme un conte de fées mais s'achève tragiquement. La mort a été le fil conducteur de son existence. Elle est incarnée dans le musical par un homme mystérieux et séduisant qui attirera l'impératrice peu à peu dans le royaume de la mort. Le narrateur de l'histoire est Luigi Lucheni, l'homme qui a assassiné l'impératrice en 1898.Ce musical est une petite merveille....

Livret complet - Livret allemand, traduit

Prologue


Tout commence dans le monde nocturne des morts et des rêveurs, le cimetière du passé. Drapeaux déchirés, fleurs défraîchies, pierres tombales et souvenirs décomposés.
Luigi Lucheni, l’auteur de l'attentat de l’Impératrice Elisabeth balance à sa corde de pendu.
Venue de nulle part, retentit la voix du juge. Lucheni apparaît sur scène et coupe la corde à laquelle pend son cadavre.


STIMME DES RICHTERS
VOIX DU JUGE

Aber warum, Lucheni? Warum haben
Mais pourquoi, Lucheni? Pourquoi as-tu

Sie die Kaiserin Elisabeth ermordet?
Assassiné l'Impératrice Elisabeth?


LUCHENI
LUCHENI

Alla malora!
Alla malora!


STIMME DES RICHTERS
VOIX DU JUGE

Antworten Sie, Luigi Lucheni!
Réponds, Luigi Lucheni !


Aus dem Bühnenboden taucht die versunkene Welt des alten Habsburgerreiches wieder auf. Zwischen Relikten der Vergangenheit, zunächst nur schemenhaft, das Ensemble (bis auf Elisabeth und den Tod). Es bildet ein Tableau von Gestalten des 19. Jahrhunderts, die sich geisterhaft aus dem Dunkel des Vergessens ins Licht der Erinnerung bewegen.
Du sol de la scène, le vieux monde des Habsourg semble émerger de son naufrage. Les vestiges du passé paraissent les uns après les autres, en finissant par Elisabeth, suivie de la Mort. Il se forme un tableau des fantômes du XIXème siècle qui sortent de l'obscurité de l’oubli pour paraître dans la lumière du souvenir.


LUCHENI
LUCHENI

Warum, warum... Nacht für Nacht dieselbe Frage,
Pourquoi, pourquoi… Nuit après nuit la même question,

seit hundert Jahren! Was soll die Fragerei? Merda.
depuis cent ans! C’est quoi cette manie de questionner? Merda.

Ich bin tot!
Je suis mort!


STIMME DES RICHTERS
VOIX DU JUGE

Das gemeine Attentat auf die Kaiserin
Cet odieux attentat sur l'Impératrice

von Österreich...
d'Autriche…


LUCHENI
LUCHENI

Va a farti fottere!
Va te faire fouttre! (en italien)


STIMME DES RICHTERS
VOIX DU JUGE

Nennen Sie endlich die Hintergründe!
Quelles étaient tes motivations secrètes?


LUCHENI
LUCHENI

Die Hintergründe? Ich habe sie ermordet, weil sie
Les motivations secrètes? Je l'ai assassinée, parce qu'elle

es wollte.
le voulait.


STIMME DES RICHTERS
VOIX DU JUGE

Reden Sie keinen Unsinn!
Ne dites pas n’importe quoi !


LUCHENI
LUCHENI

Sie wollte es. Dafür gibt es ehrenwerte Zeugen.
Elle le voulait. Il y a des témoins crédibles prèts à témoigner.


STIMME DES RICHTERS
VOIX DU JUGE

Was für Zeugen sollen das sein?
Quels types de témoins cela peut-il être?


LUCHENI
LUCHENI

Ihre Zeitgenossen, bitte sehr! Kommen alle nicht
Vos contemporains, s’il vous plaît! Tous n’ont pas l’âme

zur Ruhe... Und reden immer noch von... Elisabeth!
en paix … et parlent toujours d’… Elisabeth!


DIE TOTEN
LES MORTS

Versunken ist die alte Welt; verfault das Fleisch,
Le vieux monde a sombré; notre chair a pourri,

verblaßt der Glanz. Doch wo sich Geist zu Geist gesellt, da
notre éclat est terni. Mais quand un fantôme rejoint un fantôme, ils

tanzt man noch den Todestanz...
dansent encore la dance des morts…

Lust, Leid - Wahnsinn, der uns treibt.
Plaisir, Souffrance – la folie nous entraîne.

Not, Neid - Pflicht, die uns erdrückt.
Misère, Envie – le devoir nous écrase.

Traum, Tran - alles, was uns bleibt:
Rêve, Désirs – tout ce qui nous reste :

Wunsch, Wahn, der die Welt verrückt...
Désir, Illusions – ce qui déplace le monde…


SOPHIE & LUDOVIKA
SOPHIE ET LUDOVIKA (mère et belle-mère d’Elisabeth)

Wir haben es gut gemeint mit Sisi.
Nous avons bien agi avec Sisi.

Uns trifft keine Schuld!
Nous n’avons aucun tort!

Das Kind war so sensibel...
L'enfant était si sensible…

Wir dachten uns, die trifft es gut,
Nous avons pensés qu'elle atteindrait le Bien,

doch sie traf es übel.
mais elle a rencontré le Mal.

Sie hat zuviel verlangt vom Leben.
Elle a trop exigé de la vie.

Ihr fehlten Demut und Geduld.
L'humilité et la patience lui ont manqué.

Uns trifft keine Schuld!
Nous n’avons aucun tort!

Keine Schuld!
Aucun tort!


FRANZ JOSEPH (gleichzeitig)
FRANZ JOSEF (son mari, en même temps)

Es blieb mir nichts erspart im Leben.
Rien ne m’a été épargné dans la vie.

Es war nicht leicht mit ihr.
Ce n'était pas facile avec elle.

Doch hätt's nicht diese Frau gegeben,
Mais si on ne m’avait pas donné cette femme,

wär' ich zugrund' gegangen hier.
je serais venu ici.


RUDOLF ALS KIND (gleichzeitig)
RUDOLF, ENFANT (en même temps)

Allein... So allein...
Seul… Si seul…

Immer allein!
Toujours seul!


DIE ANDEREN TOTEN (gleichzeitig)
LES AUTRES MORTS (en même temps)

Versunken ist die alte Welt; verfault das Fleisch,
Le vieux monde a sombré; notre chair a pourri,

verblaßt der Glanz. Doch wo sich Geist zu Geist gesellt, da
notre éclat est terni. Mais quand un fantôme rejoint un fantôme, ils

tanzt man noch den Todestanz...
dansent encore la dance des morts…

Lust, Leid - Wahnsinn, der uns treibt.
Plaisir, Souffrance – la folie nous entraîne.

Not, Neid - Pflicht, die uns erdrückt.
Misère, Envie – le devoir nous écrase.

Traum, Tran - alles, was uns bleibt:
Rêve, Désirs – Tout ce qui nous reste :

Wunsch, Wahn, der die Welt verrückt...
Désir, Illusions, ce qui déplace le monde…


MAX
MAX (son père)

Niemand war so scheu wie sie.
Personne n'était aussi timide qu'elle.


FRANZ JOSEPH
FRANZ JOSEF

Jeder Blick tat ihr weh.
Chaque regard lui a fait mal.


DIE ANDEREN TOTEN (gleichzeitig)
LES AUTRES MORTS (en même temps)

Wir dem Tod geweiht...
Nous bénissons la Mort …


SOPHIE & LUDOVIKA
SOPHIE ET LUDOVIKA

Stets hielt sie sich den Fächer ins Gesicht oder ihren Schirm.
Elle s'est toujours caché le visage avec un éventail ou un parapluie.


DIE ANDEREN TOTEN (gleichzeitig)
LES AUTRES MORTS (en même temps)

Schatten am Abgrund der Zeit.
… Les ombres des abîmes du Temps.


RUDOLF ALS MANN
RUDOLF ADULTE

Sie und ich - wir waren uns so ähnlich.
Elle et moi – nous étions si semblables.


MAX
MAX

Nie gab sie die Freiheit auf.
Elle n'a jamais abandonné la Liberté.


RUDOLF ALS MANN (teilweise gleichzeitig)
RUDOLF ADULTE (en partie en même temps)

Wir hätten uns so gut verstanden.
Nous nous serions si bien compris.


RUDOLF ALS KIND
RUDOLF ENFANT

Sie ließ mich allein.
Elle m’a laissé seul.


DIE ANDEREN TOTEN (gleichzeitig)
LES AUTRES MORTS (EN MÊME TEMPS)

Verwöhnt! Bedroht!
Pourrissez! Menacez!


FRANZ JOSEPH, RUDOLF, MAX, SOPHIE & LUDOVIKA
FRANZ JOSEF, RUDOLF, MAX, SOPHIE ET LUDOVIKA

Ein Schatten lag auf ihrer Seele,
Une ombre s'est penchée sur son âme,

auf ihrem Leben lag ein Fluch!
une malédiction s'est penchée sur sa vie !


ALLE TOTEN
TOUS LES MORTS

Alle tanzten mit dem Tod -
Tous ont dansé avec la Mort -

doch niemand wie Elisabeth.
mais personne comme Elisabeth.

Alle tanzten mit dem Tod -
Tous ont dansé avec la Mort -

doch niemand wie Elisabeth...
mais personne comme Elisabeth…


Die Musik bricht ab. Das Thema des Todes erklingt. Die Toten erstarren. Plötzlich steht der Tod mitten unter ihnen. Lucheni bleibt unbeeindruckt. Er spielt den Zermonienmeister.
La Musique s’interrompt. Le thème de la Mort retentit. Les morts se figent. La mort se trouve au milieu d’eux. Lucheni n’est pas impressionné. Il joue le maître de cérémonie.


LUCHENI
LUCHENI

Attenzione! Seine Majestät der Tod!
Attenzione! Sa Majesté la Mort!

Der Tod ist jung, attraktiv und erotisch. Er gleicht einem androgynen Popstar und ähnelt dem jungen Heinrich Heine. Auch er denkt an Elisabeth zurück.
La Mort est jeune, attirante et érotique. Il ressemble à une Pop Star androgyne et ressemble au jeune Heinrich Heine. Lui aussi il se souvient d’Elisabeth.


TOD
MORT

Was hat es zu bedeuten: dies alte Lied.
Qu’est-ce qu’elle signifie, cette vieille chanson.

Das mir seit jenen Zeiten die Brust durchglüht?
Qui me brûle la poitrine depuis toutes ces années?

Engel nennen's Freude, Teufel nennen's Pein,
Les anges l’appellent Joie, les démons l’appelent douleur,

Menschen meinen, es muß Liebe sein.
Les hommes estiment que ce doit être l’Amour.

Mein Auftrag heißt zerstören.
Ma mission est de détruire.

Ich tu es kalt.
Je rends tout froid.

Ich hol, die mir gehören, jung oder alt.
J’attire ceux qui m’appartiennent, jeunes ou vieux.

Weiß nicht, wie geschehn kann, was es gar nicht gibt -
Je ne sais pas, comment c’est arrivé,

Doch es stimmt: Ich habe sie geliebt.
Mais il est exact : Je l'ai aimée.


Rhythmuswechsel. Der Tod löst die Toten durch eine Geste aus ihrer Starre. Augenblicklich beginnen sie mit den eckigen Bewegungen des Totentanzes.
Changement de rythme. La Mort libère d’un geste les morts de leur rigidité. Ils commencent immédiatement les mouvements saccadés de la danse des morts.

Nur Lucheni bleibt unbeteiligt. Er blickt wieder über die Zuschauer in die Richtung, aus der die Stimme des Richters kommt. Das Verhör geht weiter.
Seul Lucheni reste différent. Il regarde à nouveau les spectateurs dans la direction d’où provient la voix du juge. L'Interrogatoire continue.


STIMME DES RICHTERS
VOIX DU JUGE

Sie weichen aus, Lucheni! Liebe,
Tu fuis, Lucheni! Amour,

Tod... Erzählen Sie keine Märchen!
Mort… Ne raconte pas d’histoires!


LUCHENI
LUCHENI

Perche non? Sie liebte Heinrich Heine!
Perche non? Elle aimait Heinrich Heine!


STIMME DES RICHTERS
VOIX DU JUGE

Zum letzten Mal, Lucheni: Wer waren Ihre Hintermänner?
Pour la dernière fois, Lucheni : Quelles étaient vos motivations secrètes?


LUCHENI
LUCHENI

Der Tod! Nur der Tod...
La Mort! Seulement la mort …


STIMME DES RICHTERS
VOIX DU JUGE

Das Motiv, Lucheni!
Le motif, Lucheni !


LUCHENI
LUCHENI

Die Liebe. Un grande amore... Ha, ha, ha...!
L’amour. Un grande amore… Ha, ha, ha… !


CHOR (außer Lucheni)
CHŒUR (sauf Lucheni)

Elisabeth - Elisabeth!
Elisabeth - Elisabeth !


LUCHENI (gleichzeitig)
LUCHENI (en même temps)

Elisabeth - Elisabeth!
Elisabeth - Elisabeth !


Blackout. Verwandlung.
Noir. Changement de scène.


Noir. Changement de scène.

* Christian Johann Heinrich Heine (né le 13 décembre 1797 à Düsseldorf sous le nom de Harry Heine ; mort le 17 février 1856 à Paris) fut un des plus importants poètes et journalistes allemands du XIXe siècle. Heine fut à la fois un poète romantique et celui qui surmonta le romantisme. Il légitima le langage courant pour la poésie, éleva le feuilleton et le récit de voyage à une forme d’art et conféra à la langue allemande une légèreté et élégance stylistique rarement connues. En tant que journaliste, essayiste, satiriste et polémiste engagé politiquement, il était autant admiré que craint. Il fait partie des poètes le plus traduits de la langue allemande.




 

 

Livret complet - Table des matières