Synopsis complet

Elisabeth

Acte I
La pièce débute aujourd’hui… Nous sommes plongé dans l'empire imaginaire de la mort et des rêves. Un juge invisible interroge inlassablement l’assassin Lucheni cent ans après son acte. Ce dernier se justifie en affirmant qu’il a assassiné Elisabeth parce qu'elle le souhaitait. Elle a été l’amante de la Mort. Pour preuves, Lucheni fait appel aux contemporains de Lucheni et d’Elisabeth, aujourd’hui disparus, et laisse ce monde ressusciter encore une fois. C’est alors qu’apparaît la Mort. Sa forme ne correspond en rien à l'image conventionnelle que l’on peut s’en faire. C’est un homme jeune et attirant avec l’aura d’une idole pop. Lors de cette première et courte apparition, il avoue ouvertement avoir aimé Elisabeth.

Après cette confirmation, Lucheni entreprend de raconter la vie d’Elisabeth qui est une histoire d’amour entre elle et la Mort. C’est Lucheni qui nous décrit dans quel espace de liberté elle a grandi, et nous fait vivre l'instant de sa première rencontre avec la Mort. Elle rêve de mener une vie semblable à celle de son père: celle d’un riche noble assouvissant ses passions en ne tenant aucun compte des conventions classiques des gens de son rang.

Lucheni nous emmène ensuite à la cour à Vienne, où le jeune empereur François-Joseph règne, à l’abri du regard inquisiteur de sa mère, l'Archiduchesse Sophie. Un monde à l’opposé de celui où évolue la jeune Elisabeth: ici règne une discipline rigide, où beaucoup ne sont que des marionnettes sans liberté et alors que là-bas tout baigne dans l’insouciance et le génie artistique romantique !

L’Archiduchesse Sophie est la tante d'Elisabeth. Suivant sa volonté, François-Joseph doit épouser sa cousine Hélène. Une rencontre est organisée entre les deux jeunes à Bad-Ischl, rencontre qui provoque les commentaires ironiques de Lucheni. Et pour cause: tout se déroule très différemment des projets de la mère. Au lieu d’Hélène, c’est d’Elisabeth, sa sœur, dont tombe amoureux François-Joseph. Celle-ci n’a que quinze ans et ne se rend pas compte de ce qui l’attend. Ce malentendu est bien plus qu’une simple affaire privée. Lucheni décrit le mariage de François-Joseph et d’Elisabeth comme le commencement de la fin de l’Empire des Habsbourg. La Mort sonne la cloche de mariage. La mort ne quitte pas la mariée des yeux. Même lors du bal de mariage, il émerge et observe le couple de jeunes mariés qui danse.

Alors qu’elle vit ses premières heures de jeune impératrice, il attise le désespoir d'Elisabeth et mise sur son aspiration à la liberté. Dès le début, il se place au sein du couple impérial comme un rival invisible. L’Archiduchesse Sophie croit qu’il est de son devoir de pouvoir éduquer la jeune impératrice en l’entourant d’ordres et d’interdictions. Elisabeth se sent réprimée par sa belle-mère et même presque mise sous sa tutelle. Vainement, elle cherche l'aide de l'empereur François-Joseph, son jeune mari. Mais ce dernier a pour habitude de se soumettre à l’autorité de sa mère. Il se borne à tenter d’apaiser son épouse, pour éviter tout conflit.

Elisabeth se sent abandonnée. Profitant de ce moment, la Mort se propose comme un meilleur choix. Mais Elisabeth ne succombe pas, maintenant, à son art de la séduction. Elle se résigne, elle est trop jeune. Mais bientôt sa mélancolie va se transformer en bravade. Et devenir même de la haine envers sa belle-mère lorsque celle-ci lui retire son enfant pour éviter toute influence.

Acte II
Les années vont apporter leur lot d’adversité et de coups du sort. Aucun hasard, affirme Lucheni, la Mort est derrière tout cela. Il se comporte comme un amoureux repoussé et essaie de dégoûter Elisabeth de la vie et d'humilier son mari. Mais la jeune femme ne désespère pas. Elle défend éperdument sa liberté. Elle ne veut être dépendante de personne, même pas de la mort. Peu à peu elle découvre qu'elle n'est pas impuissante. Car l'empereur l’aime et l'admire. Avec ses armes, les sentiments et sa beauté, elle sait parfois le détacher de son indécision et l’attirer de temps en temps dans son camps… Ainsi elle finit par gagner le long duel qui l’oppose à sa belle-mère Sophie.

Son plus grand triomphe est la réconciliation de l'empereur avec les Hongrois, scellé par la cérémonie hongroise de couronnement en 1868. Cet événement illustre l'éloignement définitif de la ligne politique voulue par l'archiduchesse Sophie. Mais Lucheni souligne que le soutien d’Elisabeth à l'aspiration d'indépendance hongroise a scellé la fin de l’Empire des Habsbourg. Il prédit que ce nationalisme est l'annonce de temps nouveaux. Et la mort avance… avec son beau carrosse.

À peine est-elle sûre de sa victoire sur sa belle-mère, qu'Elisabeth fuit Vienne. Elle espère aussi échapper à son tentateur, la mort. Mais il ne la laisse en paix qu’en apparence. Il offre son amitié à Rudolph, le dauphin abandonné. Avec son aide, il veut contraindre Elisabeth de le rejoindre. Sans repos, Elisabeth voyage à la limite de l’errance et passe de lieux en lieux. Elle ne revient à la cour que de manière sporadique. Employée à affirmer sa personnalité, mais n’ayant pas de réel sens à sa vie, elle s’occupe en s’adonnant à l’équitation, à la randonnée ou à l’écriture de poèmes…

L’univers de la monarchie lui apparaît fissuré et sa propre existence comme superflue. Elle comprend alors à quel point son mari se trompe et combien leur fils, le dauphin Rudolf, a besoin de son aide. Ce dernier tombe de plus en plus sous l'influence de la mort. Une fois encore, il jette un appel à l'aide à sa mère dans une situation presque désespérée. Elle devrait interférer auprès de l'empereur pour lui. Mais Elisabeth ignore tout bonnement cette requête. Elle ne s'est pas libérée de la cour pour y retourner comme une pétitionnaire. Désespéré, Rudolf part pour Mayerling. Là, la mort l'attend. La dernière danse commence.

Le suicide de Rudolf atteint Elisabeth au plus profond de sa confiance en elle. Elle se reproche que Rudolf soit devenu la victime de son propre combat pour l'indépendance. Dès lors, son désir de mort prend le dessus. Mais maintenant c'est la mort qui se fait prier. Après une longue décennie où la vie de celle qui est toujours Impératrice sombre dans l’inconstante, la Mort prend pitié d’elle…

Dans un cauchemar du déclin des Habsbourg, François-Joseph rencontre son éternel rival. Lors de cette confrontation sont évoquées les images d'horreur du sort fatal de la maison impériale. François-Joseph voudrait sauver Elisabeth, mais la mort le devance. Il jette à Lucheni l'arme du meurtre.

L'attentat sur les rives du lac genevois lac rassemble les amoureux. Là se terminent les combats d'Elisabeth dans une étreinte passionnée avec la mort.